Votre mot de passe vous sera envoyé.


Comme dans tout voyage, j’ai appris beaucoup de choses pendant mon Tour du Monde. Des choses nouvelles mais aussi des rappels parfois. Morceaux choisis : 

Renoncer au confort se fait naturellement.

14 heures de bus au Vietnam parfois…Une fois que c’est fait, 8 heures ou 12 heures ça n’a plus d’importance. Il faut juste savoir récupérer et ne pas faire des grosses journées le lendemain.

En Écosse, nous avons dormi plusieurs fois dans la voiture pour économiser notre budget logement. 
Dormir dans la voiture et se réveiller devant ce genre de paysage sur la North Coast 500 en Écosse...

Ne pas écouter tout le temps les locaux.

Par exemple en Thaïlande ou au Vietnam, il est arrivé que l’on me conseille des endroits où les locaux n’y allaient pas eux-même.
 
Ils pensaient que je recherchais des endroits me rappelant les standards des restaurants occidentaux. Ils me recommandaient ainsi des restaurants propres et plus chers alors que je voulais juste manger dans la rue ou dans une cantine sans prétention comme les locaux. Ce fut la même chose pour des destinations ou des hébergements.
 
En revanche, lors de mon voyage en  Colombie à Santa Marta il y a quelques années, quand on a commencé à marcher vers un quartier et qu’un commerçant dans la rue nous a dit que ce n’était pas recommandable pour nous de continuer, nous avons fait demi-tour direct.
 

Les adresses du Lonely Planet ou des sites Hostelworld ou Booking me servent à négocier.

Des fois, il vaut mieux avoir une adresse en tête et y aller, que de ne rien avoir et être jeté au milieu de nul part (Coucou le Vietnam LOL ! ). L’avantage des adresses du Lonely Planet et des guides c’est que vous pouvez vous y rendre et justement visiter le quartier et négocier les auberges aux alentours qui ne sont pas sur Booking.com, Hostelworld.com ou dans les guides.
 
Le plus souvent ils sont moins chers  et il est plus facile de négocier le prix car ils ont parfois peu de clients. Et pour le prix d’un dortoir d’une auberge mentionnée dans le Lonely Planet, vous avez une chambre privée et une baignoire parfois !
 
N’oubliez pas de demander à visiter la chambre avant pour ne pas avoir de mauvaises surprises : Comme une chambre sans fenêtre ou la présence de  moisissure ou des draps pas changés et sales. Vérifier aussi si la portée du Wifi est suffisante. Cette démarche a très bien marché au Vietnam. En Colombie, j’avais testé aussi cette démarche avec succès il y a quelques années.
 

Voyager constamment en mode "Sac à dos" m’intéresse de moins en moins et je préfère trouver du travail et faire du volontariat. Mais...

Pourtant je l’ai fait pendant un mois au Vietnam et c’était avec du recul une expérience fantastique bien que sur le moment cela a été dur.
 
Se lever tôt pour prendre des bus, négocier, faire attention à ses affaires, passer douze heures dans un bus pas confortable du tout…J’ai voyagé longtemps de cette façon lorsque j’étais encore jeune LOL notamment en Équateur, Colombie, Malaisie…Mais plus les années passent, plus les envies et la façon de voyager changent. Pour ma part,  j’ai appris que visiter tout à tout prix m’intéressait moins qu’auparavant.
 
Je privilégie les rencontres et l’expérience humaine. Et donc faire du volontariat et rester longtemps dans une famille ou une auberge en y travaillant. Ce fut des moments riches en émotions (Voir mon expérience en Écosse chez une famille  ICI) ! J’ai pu apprendre des choses nouvelles comme voir le fonctionnement d’une auberge, comment faire du marcottage aérien,  couper du bois avec une hache…
 
Mais visiter en sac à dos et faire des choses en dehors de sa zone de confort, ça peut donner des séjours exceptionnels comme notre traversée en scooter de la région d’Ha Giang au Vietnam (Voir les photos ci-dessous). Il faut trouver le juste équilibre et varier les façons de voyager. Et surtout se poser à un endroit et souffler de temps en temps pour relâcher la pression.
 
Ha Giang

Ce que j'ai appris dans le monde du travail m'a servi énormément !

Démarcher du travail, envoyer des lettres de motivation, ne pas se décourager en cas de réponses négatives…

Changer des draps et nettoyer des chambres ce n’est pas si facile que ça ! Il faut être pragmatique et essayer de trouver des solutions pour faire le moins d’aller-retour sinon c’est la grosse fatigue assurée le soir ! Ce dernier étant le meilleur moment de la journée pour se faire des amis dans les auberges ! (voir mon séjour dans les montagnes de Nagano ICI)

Travailler en équipe et avec le sourire et être à l écoute de ses collègues !

En Thaïlande, quand je travaillais à la ferme, je n’ai pas hésité à travailler avec ma collègue alors que j’étais en jour de repos. Elle en avait fait de même aussi.  On se rend service et on se partage les tâches quand elles sont ingrates. C’est quand même mieux de le faire à plusieurs et dans la bonne humeur ! Aussi de terminer ainsi plus vite pour avoir du temps libre ensuite !

Voici une vidéo de la ferme près de Phitsanulok en Thaïlande où j’ai séjourné :

On n’est jamais seul la plupart du temps et on fait toujours des belles rencontres.

Je rencontre toujours des personnes avec qui le courant passe tout de suite. Pour moi tout ce qui est fluide c’est généralement très bon signe. Et c’est bon pour ma santé et mon moral !

Rencontre dans les auberges, dans les activités touristiques, au travail en tant que volontaire, rencontre grâce au Couchsurfing. Les opportunités ne manquent pas. «You will never walk alone» comme le disent les supporters de Liverpool.

Visite de Mu Ne au Vietnam.
Travail dans une auberge dans la région de Nagano.
Rencontre avec des personnes de Couchsurfing à Can Tho au Vietnam.

Pour ma part, j’ai trouvé que Taïwan était le pays où j’ai rencontré le plus de personne en une semaine ! Les habitants et les voyageurs sont tellement ouverts et amicaux ! L’auto-stop marche très bien à Taïwan aussi.

Auberge, marché de nuit, Auto-stop, les rencontres étaient nombreuses à Hualien à Taïwan.

Sinon il y a aussi l’Iran qui est un peuple chaleureux et accueillant. Ma femme y a séjourné pendant plus d’un mois pendant notre tour du monde (Et oui nous voyageons séparément parfois comme expliquer ICI ). Et vu son sourire à chaque fois qu’elle parle de son séjour, je vous invite à lire son blog sur son voyage en Iran

http://lilouchemetlesvoiles.fr/2017/12/08/iraniens-faut-aller-iran/

Grâce à internet et les smartphones, je suis à l’écoute et proche des gens que j'aime.

Mes deux meilleurs amis m’ont dit qu’ils n’avaient pas l’impression que j’étais parti ! Et c est tant mieux !
 
Bien sûr, il faut rester humble et ne pas bombarder de photos de fou quand tu sais qu’il pleut et qu’il y a des gens qui travaillent dur…
 
Et il ne faut pas hésiter à insister pour avoir des nouvelles, surtout si ça ne va pas du tout. Aussi ils avaient l’impression que je n’aimais pas mon voyage par moment car je leur racontais toujours des trucs chiants ! Là encore il faut trouver le juste équilibre.
 
Ci-dessous, la photo que j’ai envoyé à mes amis sur Whatsapp où j’ai du aller chercher en slip mon drone  tomber dans une rizière à Tam Coc au Vietnam ! Pluie de LOL dans  les messages…
Le drone n'a rien ! Sauvetage réussi en slip au Vietnam !

La Nintendo Switch est exceptionnelle pour voyager.

Vous allez me dire que avoir des consoles portables ou son ordinateur pour jouer en voyage, ça se fait depuis très longtemps déjà. 

Mais pour moi l’argument imparable de la Nintendo Switch c’est de détacher les manettes de la console et en filer une à son voisin ou sa voisine.

Et hop on joue ensemble à Snipperclips ou Mario Kart sur le même écran dans le train ou sur la table après le dîner. Bien sûr c’est aussi un plaisir de jouer en solo à Mario Odyssey ou à mes  jeux de baston de la Neo Geo ou de lancer une partie de golf avec Golf Story. C’est toujours important de retrouver un peu de confort en voyage au bon souvenir de quand on avait sa maison et sa télévision…

Je n’ai utilisé que 70 % des affaires qui sont dans mon sac.

Je n’amène plus mes vêtements préférés et je n’achète plus toute la panoplie du randonneur sophistiqué avant le voyage (sauf des habits en laine de merino voir mon article ICI).

Acheter sur place reviendra moins cher et si votre sac est trop lourd, vous pourrez donner les affaires dont vous ne voyez plus l’utilité…

On a toujours tendance à amener plus de vêtements au cas où. Mais tout est trouvable sur place généralement.

J’ai regretté d’avoir pris ma Nintendo 3DS (Oui je suis parti avec deux consoles de jeux LOL) et de tous ses jeux que je n’ai jamais utilisé. Il y a aussi mon chargeur de pile ou mes quatres batteries supplémentaires pour l’appareil photo qui n’ont jamais servi. Pareil pour la tonne d’accessoires pour la Go Pro qui dormaient au fond de mon sac

Il en est de même pour le shampoing et le gel douche, tout est trouvable sur place pour moins cher et les auberges en proposent la plupart du temps.

Après mon retour en France pour Noël, j’ai pu refaire mon sac. Et j’ai enlevé tous ce qui ne me servait à rien et qui n’était pas essentiel. Mon sac à dos est passé de 15 kg à 11 kg ! 

Je continue à faire des erreurs de débutant même après avoir voyagé un peu partout dans le monde.

Il faut l’accepter et garder son sang froid surtout après des tentatives d’arnaque comme par exemple au Vietnam. J’avais déjà eu affaire à ce genre de pratique au Vénézuela il y a quelques années.

Monter dans un bus sans demander le prix…

Boire une soupe avant de se taper 10 heures de bus sans toilette…

Ne pas compter sa monnaie même dans une auberge où les gens ont l’air cool…

Ne pas consulter la météo et aller dans un endroit (voir mon séjour sur l’île de Shikoku au Japon ICI)…Certes ce n’est pas toujours fiable car cela peut changer rapidement mais au moins on est préparé psychologiquement.

J’ai appris à ne pas trop planifier mes destinations à l'avance…

Au début du mois d’août, je ne savais pas encore que j’allais au Japon. En revanche je savais que je rejoindrai ma femme à Bangkok quand elle aurait fini son voyage en Iran. Mais je ne savais pas que j’allais rester un mois en Thaïlande. Arrivé à Chiang Mai, je ne savais pas que j’allais travailler à la ferme dans la région de Phitsanulok. C’est une famille qui a vu mon profil sur le site Workaway et qui m’a proposé de venir. En décembre je suis retourné en France pour les fêtes grâce à un billet pas cher en passant par le Turkemistan. Ce n’est que maintenant que j’ai décidé d’aller à Taïwan car j’ai trouvé un petit travail dans une auberge là bas.
 
Tout ça pour dire que mon Tour du monde se dessine avec le temps, rien n’est figé et rien n’est décidé à l’avance. Tout se joue sur l’envie et l’intuition du moment. Et je suis libre de vagabonder sans contrainte de temps. Et ce sentiment de liberté est très savoureux.
 
Les inconvénients sont que je vais du coup moins visiter de pays (et ce n’est pas grave ! ) et dépenser plus dans les transports du fait que je réserve peu de temps en avance. Et ce n’est pas bon pour avoir les tarifs les plus avantageux.
 
Mais j’arrive la plupart du temps à m’en sortir raisonnablement avec le site de recherche de vols SKYSCANNER. Ce dernier me permet d’avoir une vue des prix sur un mois donc je peux choisir quel jour est le moins cher (généralement le mardi).
 
Il y a encore pleins de choses que j’ai apprises comme : 

Apprendre à demander.

Apprendre à donner.

Et apprendre à s’aimer… 

mais je referai un autre article plus tard, car après tout je n’ai pas encore fini mon voyage ! 
 

La seule chose que je ne sais toujours pas faire en voyage...

Je finirai juste par la seule chose que je ne sais toujours pas faire en voyage.
 
C’est de dire au revoir et quitter les gens qu’on a rencontré et avec qui on a passé des bons moments.
 
On remercie, on se dit qu’on se reverra plus tard. Et là, dans l’instant présent où on doit se dire au revoir, c’est le trou noir absolu dans ma tête et l’envie parfois de dire des banalités qu’on n’a pas envie. En Écosse, j’avais juste envie de partir car je ne savais pas quoi dire après les avoir remercié. Et je voulais fuir rapidement la famille avec qui j’ai partagé joie et peine car sinon les larmes auraient coulés. 
 

En Thaïlande, c’était de dire au revoir au petit chien King Kong qui a monté la garde toutes les nuits devant notre maison où j’ai travaillé à la ferme. Toujours à nous suivre et à rester prêt de nous. Et au moment de partir, il me tourna le dos sans m’adresser un regard. Son maître me racontera plus tard par message qu’il ne comprend pas pourquoi les gens arrivent et partent toujours et que c’est dur pour lui. 

En fait, je crois que la seule fois où j’ai bien réussi à dire au revoir c’est avec le couple américain avec qui on a passé des bons moments au Vietnam sur l’île de Cat Ba et Ha Long Bay. Je savais qu’ils partaient vers dix heures le matin alors qu’on s’était quitté la veille après le dîner.

Je suis sorti pour leur faire la surprise et leur dire une dernière fois au revoir. En fait, il était déjà dans le bus du départ, ils m’ont aperçu descendre la rue tranquille.

Je crois qu’ils pensaient que c’était sur le coup du hasard. Je les voyais avec leurs regards pleins d’émotions à travers la vitre du bus. Moi je me suis juste mis sur le rond point à leur faire le geste de la main pour leur dire  au revoir.
 
Et vous ?
Comment vous dites au revoir avec les personnes que vous avez rencontré en voyage ?
  

Partage et épingle cet article sur Pinterest :